Mensonges sur le climat

Tout ce qui montrerait qu’il n’y a pas de réchauffement climatique ou que les causes ne seraient pas humaines est rejeté par le GIEC. Un réseau mondial plus objectif de 1000 scientifiques, ingénieurs et autres experts affirme qu’il n’y a pas d’urgence climatique. Le climat et la météorologie seraient contrôlées depuis au moins 1970. Il semble que des changements affectent l’ensemble du système solaire, les autres astres étant modifiés dans des proportions plus importantes que sur Terre. Faisons le point sur le climat.

Dans les années 1970, des médias et les « scientifiques » effrayaient la population avec la terrible ère glaciaire qui s’annonçait.

« Le refroidissement en cours du climat mondial alarme les experts agronomes de tous les États. Car il menace les zones tempérées d’une baisse nette des récoltes, peut-être aussi de catastrophes agricoles et donc d’une famine sans précédent. Remède possible : faire fondre l’Arctique. » – Sciences et Vie- N°681 (juin 1974), article signé par Alexandre DOROZYNSKI.

Dès 1972, le très sérieux Time avait déjà alerté ses lecteurs sur le refroidissement à venir. Il mentionnait notamment un accroissement de la calotte glaciaire et une diminution des températures depuis 1940. Sur la couverture-choc du Time, la photo d’un homme en passe-montagne rouge, transi de froid et de glace avec le titre choc : « The big freeze ».

Newsweek a aussi annoncé une catastrophe climatique imminente, dans un article de 1975 intitulé « The cooling world ».

La création du GIEC et l’invention du réchauffement

En 1990, on est passé à un réchauffement causé par l’activité humaine, notamment l’émission de CO2, lorsque l’ONU a créé le GIEC :

« [Il] a pour mission d’évaluer, sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les risques liés au réchauffement climatique d’origine humaine, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuation. Il n’a pas pour mandat d’entreprendre des travaux de recherche ni de suivre l’évolution des variables climatologiques ou d’autres paramètres pertinents. »

Relisez bien la fin de la dernière phrase.

Le parti pris est évident : selon cette nouvelle organisation, le réchauffement n’est pas à remettre en question, tout comme ses causes « d’origine humaines ». Les autres hypothèses et paramètres pertinents ne sont pas pris en compte. Tout ce qui montrerait qu’il n’y a pas réchauffement ou que les causes ne seraient pas humaines est rejeté par le GIEC.

Dans une publication de 2017, des scientifiques ont fait part de nouveaux résultats montrant une baisse notable de l’impact du CO2 sur le changement climatique. Ils ont donc revu leur modèle de projection qui avait surestimé de 50% l’impact du CO2. https://www.nature.com/articles/ngeo3031

D’après une étude menée en 2015 par la Royal Astronomical Society, un organisme de recherche astronomique britannique, l’activité du Soleil pourrait brutalement chuter de 60% d’ici les années 2030-2040, provoquant une baisse de température généralisée. « nos prévisions montrent une exactitude de 97%. »

En 2014, la NASA alertait déjà sur la possibilité d’un tel phénomène. «Nous allons tout droit vers des hivers très rudes, vers un mini âge de glace» confiait Richard Harrison du Rutherford Appleton Laboratory à la BBC, s’appuyant sur la nette diminution des taches solaires depuis 2011. « L’augmentation des tâches solaires aurait pour conséquence l’accroissement des radiations sur l’ensemble de notre système solaire. Du fait que la masse du Soleil représente 99,8% de la masse du système solaire, quelques degrés de plus de chaleur solaire auraient d’importantes répercussions sur la température moyenne de la Terre et sur ses cycles météorologiques. » (extrait de Crossing the Event Horizon)

Le mythe du CO2 comme coupable

Quand j’entends dire « tu ne crois pas au réchauffement climatique, tu ne fais pas confiance en la science, tu es un obscurantiste ! », ça m’amuse. Je sais quel genre de confiance on peut avoir en des groupes d’experts appelés « scientifiques » dans une organisation agissant pour établir des preuves d’une conclusion décidée à l’avance. La notion de « consensus scientifique » est une absurdité au regard de l’histoire de la science, surtout qu’on parle là d’un groupe dont le but est précisément de tout faire pour trouver des preuves d’un réchauffement dû à l’activité humaine. Un consensus est une illusion de notre époque scientiste pour soutenir la pensée unique. La vérité est que l’impact de l’activité humaine a été fortement exagérée pour pouvoir désigner le CO2 comme responsable.

D’ailleurs il y a de gros changements dans tout le système solaire, or c’est sur Terre qu’on observe les plus faibles changements. Le Soleil a un impact énorme sur nos températures. Or personne ne peut actuellement prévoir ses changements d’activité, en tout cas cela n’est pas publié.

Le CO2 représente 0,0415 % de notre atmosphère. Les gens qui veulent toujours notre bien oublient que le CO2 est ce que respirent les végétaux pour produire l’oxygène. Les problèmes d’asthme et de respiration actuels proviendraient en partie du fait qu’on n’absorbe plus assez de CO2 :

« Il s’avère que le dioxyde de carbone affecterait de nombreuses fonctions vitales du corps humain. Le CO2 régulerait l’excitabilité des cellules nerveuses, influencerait la perméabilité des membranes cellulaires et l’activité enzymatique, régulerait la production d’hormones et leur degré d’efficacité, participerait au processus de liaison protéique des ions calcium et fer. » « Mais sa fonction la plus importante serait la suivante : le gaz carbonique jouerait le rôle d’un spasmolytique (dilatateur) naturel, c’est-à-dire d’une substance qui combat l’hypertonie des muscles lisses et des vaisseaux sanguins. Cela signifie que les personnes présentant un taux de CO2 plus bas que la norme, présenteraient un spasme permanent des vaisseaux sanguins, ce qui conduirait inévitablement à une réduction du flux sanguin au travers du corps. La diminution de l’apport en sang entraînerait une baisse de l’oxygénation des tissus des organes en dessous de leurs besoins et une perturbation, voire l’arrêt total de leur fonction. » https://www.quant-essence.fr/content/45-co2-est-indispensable-a-sante

′′Le réchauffement climatique dépend du moteur météorologique dominé par la puissance du soleil. Les activités humaines affectent le niveau de 5 %. 95 % dépendent plutôt de phénomènes naturels liés au soleil. Attribuer aux activités humaines le réchauffement climatique est sans fondement scientifique« .

′′Greta Thunberg, n’aurait pas dû interrompre ses études.′′

Antonino Zichichi, professeur émérite de physique supérieure à l’université de Bologne, et auteur de plus de 1.100 travaux scientifiques, dont sept découvertes, cinq inventions.

Le contrôle du climat

Zbiniew Brzezinski a déclaré en 1972 :

« Nous disposons de méthodes capables de provoquer des changements climatiques, de créer des sécheresses et des tempêtes. »

Zbiniew Brzezinski était conseiller politique au Département d’État de 1966 à 1968, puis conseiller à la Sécurité nationale sous Carter de 1977 à 1981, puis dans l’administration Reagan (Commission présidentielle sur la guerre chimique, Commission mixte du Conseil de sécurité nationale du département de la Défense, Conseil du renseignement extérieur), puis de Bush senior. Il est le cofondateur, avec le multimilliardaire David Rockefeller, de la commission Trilatérale en 1973, qu’il dirige jusqu’en 1976.

Jojo Tartenpion a déclaré en 2022, soit 50 ans plus tard :

« Pfff c’est des conneries tout ça, complotistes. »

Jojo Tartenpion a écouté les infos à la télé de 1990 à 2022, il a vu un reportage sur le réchauffement climatique sur Discovery Channel, il a lu plusieurs articles sur Wikipédia et il a versé une larme pendant les discours de Greta.

Il n’y a pas de crise climatique !

1000 scientifiques, ingénieurs et autres experts de plus de 40 pays sont d’accord : Il n’y a pas de crise climatique.

Notre planète se porte bien. On observe une forte tendance à la baisse des catastrophes et des décès liés au temps et au climat.

Trois ans après la création de la Fondation Climate Intelligence, nous accueillons le millième signataire de la Déclaration mondiale sur le climat. Un réseau mondial de 1000 scientifiques, ingénieurs et autres experts s’accorde à dire qu’il n’y a pas d’urgence climatique. Ils ne sont pas d’accord sur tous les aspects du débat sur le climat, mais Clintel accueille et encourage les points de vue différents sur le climat et un débat solide sur la politique climatique.

Changements dans le système solaire

On observe des bouleversements climatiques dans l’ensemble du système solaire. En comparaison, sur Terre les changements sont faibles et on les explique par l’activité humaine à cause du dioxyde de carbone. Or celui-ci ne serait peut-être pas responsable et il est essentiel à la vie. Voici quelques exemples :

Pluton : Sa pression atmosphérique a augmenté de 300 % entre 1989 et 2002 avec une hausse des températures de surface. Le niveau de rouge s’est renforcé de 20 % à 30 % en 2002.

Saturne : Son nuage d’énergie plasmique est devenu 1000 % plus dense que prévu entre 1981 et 1993. De puissantes émissions de rayons X ont été observées pour la première fois en 2004.

Vénus : Le degré de luminosité de sa face nocturne a augmenté de 2500 % entre 1975 et 2001.

Mars : En 1997 la sonde Mars Global Surveyor a été endommagée par une augmentation inattendue de 200 % de la densité de son atmosphère. En 1999 un ouragan est apparu pour la première fois depuis plus de 20 ans et il était 300 % plus grand que tous ceux observés auparavant. La pire tempête de poussières a enveloppé rapidement toute la planète en 2001.

Voir d’autres changements dans le système solaire dans mon article CO2 et changement climatique.

Conclusion

L’impact de l’activité humaine et du taux de CO2 n’expliquent pas un changement climatique sur Terre. Le GIEC ne peut pas être considéré comme une référence objective : cet organisme rejette toute information pertinente qui ne va pas dans le sens de sa conclusion qui a été décidée d’avance. Un autre groupement de scientifiques, se disant plus objectif, affirme le contraire du GIEC et se veut rassurant. Mais notons qu’il se produit dans tout le système solaire des bouleversements affectant davantage les autres astres que notre Terre. Par ailleurs, on sait contrôler la météo et le climat dans une certaine mesure depuis les années 1970. Le battage médiatique depuis plusieurs années à propos du réchauffement climatique, menant à des créations de « taxe carbone » ou d’autres mesures restrictives à la population n’est pas justifié et s’apparente à de la propagande.

Rappelons que Greta Thunberg, la petite mascotte climatique de l’ONU n’est pas une experte en climat, contrairement à Antonino Zichichi par exemple.

Voir aussi CO2 et changement climatique et L’écologie des ignorants.

Dans les années 1970, c’est un refroidissement global qui inquiétait la communauté scientifique

Climat: pourquoi les températures mondiales baissent depuis 15 ans

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un Site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :