Questions sur l’injection ARNm

Voici un ensemble de questions et réponses sur la médecine et l’injection expérimentale à ARNm covid-19 actuellement vendue par plusieurs laboratoires (Pfizer, Moderna et AstraZeneca). Faites l’effort de les lire et essayez d’y répondre pour découvrir si vous êtes bien informé.

Questions

  1. L’injection expérimentale à ARNm protège-t-elle de la maladie covid ?
    • L’injection ARNm ne protège pas de la maladie covid, quelle qu’en soit la forme. L’argument qui a été avancé au début de la vaccination massive qu’il « protège des formes graves » est un mensonge pur et simple, qui n’a jamais été basé sur une théorie biologique et qui est infirmé par les faits : Au moins 52586 morts suite à la vaccination Covid-19 (Analyse cv19 basée sur les chiffres officiels du site EudraVigilance-European Database. Voir aussi les nombreux liens en bas de la page Des décès par milliers après la vaccination Covid19). Voyant qu’il y avait des morts, la propagande a changé son discours et on donne maintenant l’argument que tout le monde répète sans réfléchir « un vaccin n’est pas efficace à 100% ». Sauf que ceux qui disent ça sont incapables de définir cette efficacité dont on parle : les publications se basent sur de mauvaises hypothèses (sur la transmission supposée par contact ou tout autre type de contagion par exemple), sur une théorie erronée de la maladie et des virus (voir questions 13 et 14, mes articles Maladie et microbes : le gros mensonge et Vaccins : la catastrophe immunitaire) et enfin les auteurs font une mauvaise analyse statistique : « Wolfgang Wodarg, Sucharit Bhakdi et John PA Ioannidis, affirment que nous interprétons mal les statistiques et que, par ailleurs, nous sommes confrontés à une campagne de désinformation et non à un nouveau virus dangereux. » (Source FS). En vérité, alors qu’on donne des chiffres d’efficacité autour de 70-90%, l’efficacité absolue des vaccins calculés par des chercheurs est : Moderna : efficacité absolue = 1,1%, Pfizer : efficacité absolue = 0,7%. Cela signifie que si vous êtes vaccinés par Pfizer ou Moderna vous diminuez votre risque d’être infecté par le Sars Cov 2  de 0,7 % et 1,1 % respectivement (School of Public Health and Health Systems). « Une évaluation critique des données d’essais cliniques de phase III pour le vaccin Pfizer/BioNTech BNT162b2 et l’ARNm-1273 du vaccin Moderna montre que les mesures de réduction du risque absolu sont très inférieures aux mesures de réduction du risque relatif signalées. Pourtant, les fabricants n’ont pas signalé les mesures absolues de réduction des risques dans les documents publiés. De plus, le comité consultatif de la FDA des États-Unis (VRBPAC) n’a pas suivi les directives publiées par la FDA pour communiquer les risques et les avantages au public, et le comité n’a pas signalé de mesures absolues de réduction des risques en autorisant le BNT162b2 et l’ARNm-1273, vaccins à utiliser en cas d’urgence. De tels exemples de biais de déclaration des résultats induisent en erreur et faussent l’interprétation du public de l’efficacité du vaccin à ARNm COVID-19 et violent les obligations éthiques et juridiques du consentement éclairé. » Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) la maladie provoquerait une mortalité de 3,4%, ce qui est similaire à une grippe. Or même cette valeur est très largement surestimée : « L’OMS compte mal les décès, ignore la nature des personnes infectées et fait fi de tout ce que nous savons sur le coronavirus, de toutes les statistiques sur le rhume et la grippe, auxquelles nous avons accès, en plus des statistiques sur la mortalité de la population. » (Source Dr Bhakdi.) C’est la même erreur d’interprétation de la théorie et d’analyse des données qui est à la base du succès frauduleux de Pasteur avec la rage. (Voir question 15.) Enfin, les données utilisées sont elles-mêmes remises en question ! (voir un chercheur dénonce les problèmes d’intégrité des données dans l’essai vaccinal de Pfizer). Ceux qui répètent les conclusions de ce genre de travaux frauduleux ne respectent pas la méthode scientifique : c’est de la propagande basée sur de l’obscurantisme. Chaque point doit être repris et discuté en détail. Or on ne parle même plus du fonctionnement de l’organisme, de la supposée action et transmission de virus, de leur lien avec la maladie, de l’effet du terrain. On ne devrait par exemple surtout pas traiter préventivement des personnes dont on sait qu’elles n’auront qu’une forme bénigne d’une maladie (ce qui est positif) et encore moins quand on sait qu’elles ne l’attraperont pas. La médecine devient très dangereuse lorsqu’on l’applique de façon statistique et non individuelle, c’est une dérive en faveur de la vente globale de médicaments mais une totale aberration médicale et biologique avec des effets planétaires imprévisibles et irréversibles. (Voir par exemple les livres de Ruppert Sheldrake, biologiste, « Réenchanter la science » et du Dr Ancelet « Pour en finir avec Pasteur »). Notez aussi que deux études montrent que l’immunité naturelle protège mieux contre l’infection que le vaccin Pfizer. (Sources dans l’article de uncut-news) « Les taux élevés de vaccination contre le COVID-19 devaient réduire la transmission du SRAS-CoV-2. » Or le nombre augmente alors que le taux de vaccination augmente. « La charge virale maximale ne différait pas selon le statut vaccinal ou le type de variant. » https://www.thelancet.com/journals/laninf/article/PIIS1473-3099(21)00648-4/fulltext Royaume-Uni : Entre la semaine 39 et la semaine 42, un total de 100.160 cas de COVID-19 ont été signalés parmi les citoyens de 60 ans ou plus. 89,821 sont survenus chez les vaccinés complets (89,7 %), 3,395 chez les non vaccinés (3,4 %). Une semaine auparavant, le taux de cas de COVID-19 pour 100.000 était plus élevé dans le sous-groupe des vaccinés par rapport au sous-groupe des non vaccinés dans tous les groupes d’âge de 30 ans ou plus. https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/1029606/Vaccine-surveillance-report-week-43.pdf En Israël, une épidémie nosocomiale a été signalée impliquant 16 travailleurs de la santé, 23 patients exposés et deux membres de leur famille. La source était un patient COVID-19 entièrement vacciné. Le taux de vaccination était de 96,2 % chez tous les individus exposés (151 agents de santé et 97 patients). Quatorze patients complètement vaccinés sont tombés gravement malades ou sont décédés, les deux patients non vaccinés ont développé une maladie bénigne. https://www.eurosurveillance.org/content/10.2807/1560-7917.ES.2021.26.39.2100822 Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis identifient quatre des cinq principaux comtés avec le pourcentage le plus élevé de population entièrement vaccinée (99,9 à 84,3 %) comme des comtés à « haute » transmission. https://link.springer.com/article/10.1007%2Fs10654-021-00808-7 Publication complète du 19 novembre 2021 https://www.thelancet.com/journals/lanepe/article/PIIS2666-7762(21)00258-1/fulltext
  2. Savez-vous comment on diagnostique un cas de décès par covid-19 ? Quels sont les types d’examens effectués, depuis quelle date, sont-ils systématiques ? Le nombre obtenu est-il fiable ? Selon vous, pourquoi a-t-versé des primes à des médecins en cas de diagnostic covid ? Ceci a-t-il pu gonfler les chiffres artificiellement ? Peut-on affirmer que quelqu’un est « mort à cause du coronavirus » ?
    • Entre fin 2019 et mars 2020 le virus associé à la maladie covid-19 n’avait pas été isolé. (Selon 84 institutions internationales de recherche il ne l’est toujours pas actuellement en décembre 2021. Voir source citée dans la vidéo.) On donnait donc une cause supposée de décès sans effectuer aucun test. Par la suite on a affirmé avoir isolé une partie du virus dont on a cherché la présence dans l’organisme. En supposant que le fragment d’ADN testé n’existe dans aucun autre virus (actuel ou avec lequel la personne a interagit), on tente de détecter sa présence par la « méthode PCR » en l’amplifiant, abusivement renommée « test PCR ». Un nombre de cycles d’amplification au-delà de 35 donne des résultats non fiables avec des faux-positifs. Dans la plupart des décès aucun test n’est effectué post mortem, de plus lorsque la personne avait des comorbidités la cause a systématiquement été « covid ». C’est aussi pour cela qu’il n’y a pratiquement pas eu de grippe durant cet hiver puisqu’elle a été assimilée au covid. Par la suite, des tests antigéniques ont été utilisés, qui reposent aussi sur la supposition non vérifiée qu’un fragment du virus a été identifié et ne se retrouve pas dans d’autres microorganismes. On a aussi compté des « cas contact » dans les chiffres. Enfin, on a donné des primes aux médecins qui établissaient comme cause de décès le covid, mais on a aussi autorisé une majoration pour une consultation de patient « positif covid », tout comme actuellement on donne une prime pour la vaccination covid. Les chiffres de « cas » et de décès liés au covid ne sont donc pas fiables. Il est impossible d’affirmer que quelqu’un est « mort du covid » et encore moins « mort à cause du coronavirus. » (Voir aussi la réponse 15 sur les microbes.) 22 scientifiques de renom portent une revue critique de la publication à l’origine du protocole RT-qPCR pour la détection et le diagnostic du SARS-CoV-2 (Corman et al, Eurosurveillance, 2020). Cet examen externe par les pairs du test RT-PCR révèle 10 failles scientifiques majeures au niveau moléculaire et méthodologique. Cette analyse démontre qu’un grand nombre de résultats faux positifs sont générés par ce test, même dans des conditions de laboratoire contrôlées, ce qui le rend totalement inadapté en tant que méthode fiable de dépistage du virus pour des populations entières dans une pandémie en cours (Review report Corman-Drosten et al. Eurosurveillance 2020).
  3. Que signifie « malade asymptomatique » ?
    • La définition de Maladie : « Altération de l’état de santé se manifestant par un ensemble de signes et de symptômes perceptibles directement ou non, correspondant à des troubles généraux ou localisés, fonctionnels ou lésionnels ». (https://www.cnrtl.fr/definition/maladie) Parler d’un « malade asymptomatique » est totalement absurde, cela signifierait « une personne souffrant d’un certain nombre de symptômes qui sont l’absence de symptômes ». Voir aussi –Maladie et microbes : le gros mensonge
  4. Citez 3 substances reconnues pour booster l’immunité.
  5. Connaissez-vous la liste exhaustive des composants de l’injection expérimentale à ARNm contre le covid-19 ? Avez-vous accès aux résultats des tests de l’injection ARNm sur les animaux ?
    • « C’est un fait avéré que personne, pas même aujourd’hui, n’a en sa possession la notice du médicament-vaccin, décrivant sa composition et les effets déjà connus du fait d’expériences sur des animaux. » (Source du 27/11/2021) Il y a des polémiques à propos des résultats sur les animaux. Il y a eu très récemment une polémique sur le nombre de décès en phase d’expérimentation et sur les causes de ces décès. Le consentement n’est donc pas éclairé, car un manque d’informations précises sur le produit et ses risques. La durée de protection n’a pas été transmise et cette énième polémique survient maintenant que l’abonnement « vaccinal » se dessine, sans consentement éclairé là encore, en l’absence de toute étude sur les effets de la « multi-vaccination ». » (Source du 27/11/2021)
  6. Quand auront lieu la fin des essais cliniques de phase 3 de Pfizer, Moderna et AstraZeneca ?
    • Fin des phases expérimentales de phase 3 des vaccins Covid-19 à ARNm: Pfizer (02 mai 2023), Moderna (27 octobre 2022), AstraZeneca (14 février 2023). Sources https://clinicaltrials.gov/.
  7. Que dit l’article 1 du code de Nuremberg ? Pourquoi a-t-il été créé ? Est-il possible pour un pays ou l’UE de créer des lois violant ce code international ?
    • Code de Nuremberg, Article 1 : « Le consentement volontaire du sujet humain est absolument essentiel. Cela veut dire que la personne intéressée doit jouir de capacité légale totale pour consentir ; qu’elle doit être laissée libre de décider, sans intervention de quelque élément de force de fraude, de contrainte, de supercherie, de duperie ou d’autres formes de contraintes ou de coercition. » Concernant le consentement, l’article 1 précise : « L’obligation et la responsabilité d’apprécier les conditions dans lesquelles le sujet donne son consentement incombent à la personne qui prend l’initiative et la direction de ces expériences ou qui y travaille. Cette obligation et cette responsabilité s’attachent à cette personne, qui ne peut les transmettre à nulle autre sans être poursuivie. » Le code de Nuremberg a été créé après le procès des médecins nazis afin d’éviter qu’on procède à des expérimentations médicales sur des humains contre leur consentement. (Source Le code de Nuremberg) Aucun pays ni l’EU ne peuvent violer ce code ni aucune loi internationale, ni créer des lois nationales qui violent ce code.
  8. Pourquoi se vaccine-t-on chaque année contre la grippe ?
    • On doit vacciner chaque année contre la grippe car le type de souche de virus est différent chaque année. (C’est la théorie et l’argument commercial, mais la réalité est que les vaccins contre la grippe ne protègent absolument pas, d’ailleurs le nombre de cas de grippe et de décès dus à cette maladie n’ont pas diminué depuis la mise en place de la vaccination, qui a par ailleurs provoqué de nombreux cas de maladies très graves comme la narcolepsie. Voir mes articles cités dans la réponse 1, et réponses à 13 et 14.)
  9. Combien de variants de coronavirus étaient répertoriés en février 2021 ?
    • En février 2021 « plus de 4.000 variants du SARS-CoV-2 ont été identifiés à travers le monde » selon les services de santé britannique. (Source TV5 Monde via AP)
  10. De combien de ces variants doit protéger l’injection ? Peut-elle protéger des variants futurs ?
    • L’injection est supposée protéger contre un ou plusieurs variants d’une même souche. Par exemple les lignées B.1.1.7 et B.1.351/P.1 (source The Lancet Regional Health – Europe). Elle ne peut évidemment pas protéger contre des variants encore inconnus qu’on ne peut pas prédire. Je rappelle que la supposée efficacité absolue des injections contre la maladie est de l’ordre de 1% et que ces chiffres eux-mêmes sont surestimés (voir réponse 1) par la mauvaise compréhension de la maladie, ses causes et sa transmission. En vérité, la grande majorité des gens ont une probabilité égale à 0 de l’attraper, or l’injection conduit à la possibilité non nulle qu’ils en tombent malades ! Sans parler de la plus grande probabilité d’avoir d’autres effets secondaires (à court terme ils sont déjà équivalents et même supérieurs aux cas de la maladie) qui sont pratiquement de 100% à long terme selon les plus grands spécialistes en ARNm et génétique. (Voir questions 11, 12; 14, 16, 17, 18 et 22.)
  11. Est-ce que l’OMS a déclaré en juillet que l’injection à ARNm provoquait un risque de myocardite et péricardite ? Est-ce qu’une étude a confirmé ce risque en France en novembre 2021 ?
    • L’OMS a annoncé le risque de myocardites et péricardites liées aux vaccins à ARNm en juillet 2021. Voir source sur MediSite. Une autre étude a confirmé en novembre 2021 le risque de myocardite et péricardite lié aux injections da vaccins à ARNm Pfizer-BioNTech ou Moderna. Voir source sur Epi-Phare (épidémiologie des produits de santé). L’épidémiologiste Mahmoud Zureilk, directeur d’Epi-Phare et auteur principal de l’étude, souligne ainsi : « Le fait que ces excès de cas surviennent très rapidement (après l’injection) permet, entre autres arguments, d’attribuer ce risque au vaccin, car ça ne peut pas être dû au hasard ».
  12. Est-ce que les chiffres des cas de myocardites ont effectivement augmenté en France et dans le monde depuis avril 2021 et que l’augmentation est corrélée au nombre de vaccinés ? Existe-t-il une explication autre que l’injection ARNm ?
    • Une énorme augmentation des cas de myocardites et péricardites est en effet observée en France et dans le monde depuis avril 2021. Voir source Google Trends. Rien ne permet d’expliquer cette hausse sans précédent à part l’injection massive du vaccin covid-19.
  13. Que dit la théorie d’Antoine Béchamp à propos des microbes ? Dans sa théorie, pourquoi observe-t-on la prolifération de certains microbes (bactéries, virus) en cas de maladies ? Qu’a déclaré Louis Pasteur en 1886 à propos de la théorie de Béchamp ?
    • Béchamp a affirmé « Le microbe n’est rien, le terrain est tout. » Selon lui, on observe la prolifération de microbes dans l’organisme avec certaines maladies car il s’agit du mécanisme employé pour se débarrasser des mauvaises toxines. Les microbes (virus et bactéries) sont donc la conséquence de la maladie, mais pas leur cause. Louis Pasteur a déclaré sur son lit de mort en 1886 : « Béchamp avait raison, le terrain est tout. » « La compréhension des Microzymas qui furent (re)découverts par Antoine Béchamp est d’une importance capitale pour comprendre les fausses crises sanitaires. Antoine Béchamp était fortement opposé aux idées délirantes de Louis Pasteur. Pasteur sur son lit de mort a validé qu’Antoine Béchamp avait raison, devant témoin, il en résulte cette phrase de Pasteur complètement passée aux oubliettes de l’histoire, et nous en payons le prix encore à ce jour… » Cours sur les Microzymas – D’une importance capitale pour comprendre ce qu’il se passe actuellement. Il ne faut pas oublier que les organismes des animaux complexes et de l’homme sont constitués de plus de 50% de microbes, bactéries et virus, et que tout l’écosystème de la planète doit être considéré comme un unique microbiote en symbiose. (Bien évidemment on va rétorquer que la théorie de Béchamp est « remise en question par certains scientifiques », comme toute théorie digne de ce nom doit l’être. Par contre celle de Pasteur ne l’est pas vraiment, comme tout dogme digne de ce nom doit l’être.)
  14. Savez-vous quelle est la différence entre une bactérie, une toxine et un virus ? Qu’a montré Jules Tissot ? Quelle est la conséquence sur les vaccins consistant en l’injection d’anatoxines ?
    • Comme l’ont montré les travaux de Jules Tissot sur le polymorphisme microbien, il n’existe en réalité pas de différence fondamentale entre une bactérie, un virus ou un champignon, car l’un peut devenir l’autre dans n’importe quel sens selon l’environnement où il se trouve. Jules Tissot, professeur de physiologie générale au Museum d’Histoire naturelle, confirma les thèses de Béchamp et en apporta les preuves par des photographies de haute précision de cellules végétales et animales. vivantes. Il démontra que les organismes vivants, quand ils se dérèglent, par un changement de terrain produisent eux-mêmes bactéries pathogènes et virus. Les vaccins basés sur une injection d’anatoxine (une toxine placé dans un milieu où elle perd ses propriétés toxiques, par exemple quand elle est baignée dans de l’aluminium) ne peuvent donc pas être considérés comme inactivés car leur activité peut reprendre dès qu’ils sont dans l’organisme. Cela équivaut tout simplement à infecter l’individu avec cette toxine. Voir Tissot sur le polymorphisme microbien.
  15. Pasteur a-t-il tué davantage de personne avec son « vaccin » contre la rage que tous les animaux en France la même année lors de l’étude médiatisée qui en a fait un succès ? Comment expliquer qu’on l’a alors traité en héros plutôt qu’en criminel ? Pour quelle raison la médecine actuelle est-elle basée sur la théorie erronée de Pasteur au lieu de celle vérifiée de Béchamp ?
    • La rage tuait à l’époque de Pasteur moins de 10% des gens contaminés par morsure d’un chien certifié enragé. Le taux de mortalité parmi les heureux élus contaminés ayant reçu une injection de Pasteur fut de 15%. En 1886, 17 personnes sont mortes de la rage en France. La même année, 53 personnes dont 18 français traités par cet homme sont morts de cette même maladie. Le vaccin de Pasteur tuait donc davantage que la rage naturelle. Il aurait dû être jugé en tant que criminel, mais on a médiatisé cette supercherie de façon à en faire un héros car sa médecine était rentable financièrement : « un microbe = un médicament. » (Voir le livre : « Pour en finir avec Pasteur », Dr Ancelet. 1998)
  16. Le professeur Byram Bridle, spécialiste en immunologie virale, a déclaré que ses recherches et travaux l’ont mené à faire des découvertes importantes sur le virus et en particulier la protéine Spike (contenue dans l’injection ARNm). Quelles sont ses conclusions énoncées en juin 2021 ?
    • Le professeur Byram Bridle, spécialiste en immunologie virale, a déclaré que ses recherches et travaux l’ont mené à faire des découvertes importantes sur le virus et en particulier la protéine Spike : « Nous avons fait une erreur […] Jusqu’à récemment, nous n’avions jamais pensé que les protéines Spike pouvaient être toxiques ! Les vaccins ARNm qui ont été testés pour la première fois sur des animaux et dont les études n’ont jamais été rendues publiques, montrent que les nanoparticules d’ARNm ne restent pas localement au site de ponction dans le tissu musculaire, comme supposé et revendiqué par les fabricants, mais vont dans les organes à des concentrations parfois dramatiques, où ils sont transférés de cellules en cellules et absorbés en continu. » (Source interview du Pr Bridle avec la journaliste Alex Pierson)
  17. Quelle est la déclaration du docteur Robert Malone, biologiste moléculaire, épidémiologiste, spécialiste des maladies infectieuses et inventeur de la technologie de l’ARNm concernant la protéine Spike en juillet 2021 ?
    • Robert Malone, biologiste moléculaire, épidémiologiste, spécialiste des maladies infectieuses et inventeur de la technologie de l’ARN messager. (Il est également consultant pour l’industrie et le gouvernement américain notamment pour le ministère de la défense.) A propos de la sécurité des vaccins, il déclare que « ce n’est pas la technologie des vaccins qui pose problème, mais la protéine native Spike qui est toxique. » (Source du debriefing du Dr Malone.)
  18. Qu’est-ce qu’un rétrovirus ? Qui a découvert la transcriptase inverse et quelle ont été les conséquences de cette découverte ? Quelle est l’action de l’ARNm sur l’organisme ?
    • Rétrovirus : virus portant son empreinte génétique sous la forme d’acide ribonucléique (ARN) (Source britanica). Jacques Monod a reçu le prix Nobel pour la découverte de la réaction de transcription de l’ADN vers l’ARN. La découverte de la transcriptase inverse, c’est-à-dire d’une enzyme permettant la réaction dans le sens opposé, la modification de l’ADN à partir de l’ARN, a été effectuée dans les années 1970 par le Pr Mirko Beljanski. Il travaillait alors à l’Institut Pasteur sous la direction de Jacques Monod. Mais la découverte de réactions allant dans le sens ARN vers ADN (et plus tard celle dans le sens des protéines vers l’ARN) ne plaisait pas au dogme, qui avait été établi bien avant qu’on en découvre les composants et les réactions. « Monod adhérait totalement à la théorie fondamentale de la biologie moléculaire stipulant sans exception possible que toute l’information est contenue dans le seul ADN, ce que Francis Crick lui même nomma «Le Dogme Central». Dans le livre très médiatique que Jacques Monod publia «Le Hasard et la Nécessité» (Ed. Le Seuil, 1970) il affirmait p.124: « Il n’est ni observé ni d’ailleurs concevable, que l’information soit jamais transférée dans le sens inverse » c’est-à-dire de l’ARN vers l’ADN. » (Sources citées dans cet article) Plutôt que d’être encouragé, de pouvoir publier ses découvertes et recevoir un prix Nobel à son tour, Beljanski fut contraint de quitter l’Institut Pasteur. Un bel exemple de l’impartialité dans la recherche scientifique, le choix des lauréats du prix Nobel et des directeurs des institutions scientifiques. L’existence de transcriptase inverse est parfaitement admise de nos jours. « Monod réussit à l’étouffer de telle sorte qu’il fallut attendre 17 ans pour qu’officiellement H.Temin reconnaisse à Beljanski la paternité de cette enzyme bactérienne dans une rétrocitation parue dans la revue Nature. »(Source Nature volume 342, page624 (1989)) Vous pouvez constater que l’article de Wikipédia ne cite même pas Beljanski (Source Wikipédia transcriptase inverse). Ne trouvez-vous pas surprenant qu’on a sanctionné la découverte impliquant la réaction de modification de l’ADN par l’ARNm (rétrotranscription) au lieu de la récompenser ? Une étude publiée en 2020 a montré que le génome du syndrome respiratoire aigu sévère coronavirus-2 (SARS-CoV-2) est inséré dans le génome humain (Source SARS-CoV-2 RNA reverse-transcribed and integrated into the human genome).
  19. Si une manipulation génétique, par exemple par injection d’ARNm, modifie l’ADN de quelqu’un, quelles en sont les conséquences du point de vue juridique ?
    • Une personne génétiquement modifiée par de l’ARNm de laboratoire entre dans la définition de « transhumain », c’est-à-dire légalement un objet propriété du laboratoire qui l’a breveté. Les droits de l’homme ne s’appliquent plus pour lui. (Selon une décision de la Cour Suprême des Etats-Unis en 2013.) Actuellement plus de 20% du génome humain est breveté, ce qui empêche d’effectuer librement certains tests de dépistage liés à ces gènes. Pour les détails voir aussi mon article de re-check de l’AFP Recheck : Le vaccin contre le covid-19 permet de « breveter » les humains ?. Contrairement à ce que diffusent les médias et laboratoires servant à la propagande de la vaccination massive à l’ARNm on ne peut absolument pas exclure que cette injection va avoir des effets sur le génome humain. En réalité en terme de probabilité ils sont pratiquement certains et absolument imprédictibles ! « L’injection de l’ARN messager codant la protéine Spike entrera tôt ou tard dans un terrain occupé par d’autres virus à ARN. Les virus étant friands d’échange de matériel génétique, il est inévitable que la vaccination concoure à produire tôt ou tard de nouveaux mutant qui peuvent s’avérer terriblement dangereux. Les experts nous rétorquent que le risque est minime. Un contre-argument qu’il faut entendre me semble-t-il (c’est celui avancé par le Pr Christian Vélot, généticien moléculaire à l’Université de Paris-Saclay et président du Comité de recherche et d’information indépendantes sur le génie génétique) est que même en admettant une probabilité d’occurrence de 1/10’000’000 ou 1/100’000’000, en vaccinant un ou plusieurs milliards d’individus comme on semble hélas bien partis pour le faire, on s’expose de facto à un accident microbiologique qui peut être dévastateur. » (Vaccin Pfizer : étude bidouillée et conclusions douteuses par exemple.)
  20. Votre médecin généraliste qui vous conseille un vaccin (à ARNm ou autre) a-t-il lui-même effectué des recherches sur les médicaments, les vaccins ou l’immunité ? Qu’en est-il de la personne qui vous injecte le produit ? Pensez-vous qu’ils connaissent la théorie de Béchamp ou alors ne connaissent-ils que ce qu’on leur a enseigné ?
    • Un médecin généraliste et une personne qui vaccinent n’ont (pour la plupart) jamais effectué de recherches sur les médicaments, la vaccination et l’immunité. La théorie de Béchamp n’est pas enseignée.
  21. Connaissez-vous des personnes qui ont eu des problème de santé (maladie, crise cardiaque sans avoir eu d’antécédents) durant les 6 derniers mois ? Avaient-elles reçu l’injection ARNm ?
    • Personnellement oui, il semble que plusieurs personnes sont tombées malades récemment dans mon entourage. Ils ont eu des maladies passagères, la réapparition d’anciennes maladies chroniques et une crise cardiaque. Toutes avaient reçu l’injection expérimentale à ARNm moins de deux mois plus tôt.
  22. Savez-vous quels autres conséquences graves de l’injection ARNm sont avancées par divers chercheurs et médecins ?
    • Les adjuvants de l’injection expérimentale à ARNm peuvent provoquer des effets secondaires indésirables à court terme : symptômes grippaux et diverses réactions immunitaires (type allergie, résurgence d’anciennes maladies chroniques). Ensuite sur une période allant de quelques semaines à plusieurs mois des problèmes cardio vasculaires (crises cardiaques, myocardites, péricardites et AVC), notamment à cause du graphène qu’ils contiendraient. Ces effets sont déjà bien observés actuellement. Mais ce sont surtout les effets à plus long terme qui sont inquiétants. Ceux-ci seront causés par l’ARNm ou protéine Spike. Ils sont impossibles à déterminer de façon exhaustive car l’action par transcriptase inverse n’est pas entièrement prédictible selon les biologistes. Le Dr Ryan Cole, PDG et directeur médical de Cole Diagnostics a affirmé : « La prochaine épidémie sera le cancer provoqué par l’injection Covid. » Il déclare qu’en Irlande on a rapporté une explosion de cancers en 6 semaines d’une ampleur qu’il n’avait jamais vue en 40 ans de carrière. Le prix Nobel de médecine Luc Montagnier a indiqué comme risque « une amélioration dépendante des anticorps (ADE) » (Source interview RAIR Fundation USA) et « maladie neurovégétative » (Source interview RAIR Fundation). Dr Sucharit Bhakdi, médecin spécialiste en infectiologie et microbiologiste a déclaré : « Cette vaccination doit être présentée à un tribunal. Il n’a pas été testé de manière adéquate. Les lymphocytes attaquent les cellules affectées par le vaccin. Il en résulte des maux de tête, de la fièvre, des douleurs musculaires, etc. Si vous êtes déjà malade, cela peut être la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Ensuite, si vous entrez en contact avec un autre coronavirus, et que vous avez des lymphocytes déjà activés lorsque ceux-ci envahissent vos poumons, on parle d’amplification immunitaire d’un processus pathologique. C’est un phénomène connu. On entend que dans les maisons de retraite des personnes sont mortes du Covid-19 après avoir été vaccinées. Coïncidence ? Il s’agit d’une expérience sur l’homme contraire à l’éthique qui doit être présentée à un tribunal. » Un autre détail encore plus inquiétant : la découverte de l’hydre, un microorganisme « immortel », dans le sang des vaccinés. Cette découverte a été faite en octobre 2021 indépendamment par des chercheurs, le Dr Franc Zalewski en Pologne et le Dr Carrie Madej aux USA. Ils n’en connaissent pas la nature exacte ni le but de sa présence dans l’injection. Il s’agit vraisemblablement d’une nanotechnologie ayant l’apparence d’un être microscopique avec une tête et des pattes, formée à partir de graphène. (Voir images plus bas, source 1 et source avec vidéo.) Deux médecins ont examiné de plus près 15 corps décédés qui ont été jugés par les coroners ou les procureurs publics comme n’ayant aucun lien avec la vaccination. Il s’avère que 14 des 15 cas, soit 93 pour cent, sont en fait décédés à cause des vaccins. Tous les individus sont décédés entre sept jours et six mois après l’injection. Leurs âges variaient de 28 à 95 ans. « L’organe le plus attaqué était le cœur (chez toutes les personnes décédées), mais d’autres organes ont également été attaqués », écrit Steve Kirsch. Dans les 14 décès causés par le vaccin, les mêmes problèmes de santé sous-jacents ont été observés. Ceux-ci inclus: • Événements inflammatoires dans les petits vaisseaux sanguins (endothélite) caractérisés par une abondance de lymphocytes T et de cellules endothéliales mortes séquestrées dans le vaisseau. • Accumulation périvasculaire étendue de lymphocytes T • Infiltration lymphocytaire massive d’organes ou de tissus non lymphatiques environnants avec des lymphocytes T. https://www.naturalnews.com/2022-01-02-93percent-post-vaccination-deaths-caused-by-jabs.html Selon une étude interne des Health Human Services et de Harvard, moins de 1 % des effets secondaires des vaccins sont signalés ! (Source Health Human Services & Harvard)
  23. Savez-vous quel est le montant de bénéfices chaque minute provenant de cette injection expérimentale pour les laboratoire Pfizer-Moderna-AstraZeneca ? Qui paie ?
  24. Pensez-vous qu’une amende soit suffisante pour dissuader un laboratoire de continuer de vendre des produits dangereux menant parfois à des maladies graves ou la mort ?
    • Entre 2000 et 2020, Pfizer a été condamné à payer 4.661.000.000$ d’amendes pour charlatanisme aggravé, falsification, corruption et violation de la sécurité. Comparé aux bénéfices réalisés (plus de 53 milliards de chiffre d’affaire en 2018, dont plus de 11 milliards de bénéfices nets) cela n’a pas un effet dissuasif, ils peuvent donc continuer tranquillement à vendre leurs produits. En principe, le directeur d’une entreprise qui empoisonne en toute connaissance de cause la population et a tué des milliers de personnes (comme Monsanto ou Pfizer) devrait être jugée pour crimes. Au lieu de ça, les élites et grands médias font l’apologie de ce genre de laboratoires « philanthropes ». (Voir les sources dans l’article L’impressionnant casier judiciaire de Pfizer)
  25. Trouvez-vous normal qu’on vous menace pour vous obliger à recevoir une injection expérimentale dont les effets secondaires graves sont avérés et dont le bénéfice pour la santé n’est pas prouvé ?
    • Il est absolument inacceptable de forcer la population, par un quelconque moyen de pression physique ou émotionnel, à recevoir une injection expérimentale, à le faire payer lui-même (directement ou via ses impôts), tandis que d’immenses bénéfices sont garantis pour des années à des multinationales plusieurs fois coupables de fraudes, mensonges et empoisonnements. « Afin de compenser les risques élevés pris par les fabricants, les contrats d’achat anticipé prévoient que les États membres indemnisent le fabricant pour les responsabilités encourues dans certaines conditions. » (Source signature contrat de l’UE avec AstraZeneca.)
  26. Qui est le principal contributeur dans le budget de l’OMS ? Possède-t-il des intérêts financiers et idéologiques dans la vaccination ? Pour quelle raison peut-on considérer douteux un article dans le journal Le Monde parlant de Bill Gates et de la vaccination ?
    • Bill Gate (via la Gates Foundation et Gavi « L’Alliance du Vaccin ») est le premier contributeur consolidé de l’OMS, devant les USA ! (Source Organisation mondiale de la santé sur Wiki et GAVI Alliance sur Wiki). « À partir des années 2000, la création du GAVI redonne une nouvelle dynamique aux programmes d’accès à la vaccination dans les pays pauvres, le principal financeur du GAVI étant la fondation Bill-et-Melinda-Gates, celle-ci s’engageant par un don de 750 millions de dollars, augmenté depuis à un milliard ». « A la faveur d’une enquête approfondie, nous avons constaté une grande incohérence entre les initiatives caritatives de la fondation Gates et ses placements financiers : chaque année, elle engrange d’importants bénéfices grâce à des investissements qui vont clairement à l’encontre de ses bonnes œuvres. » (Courrier International) Notez aussi que les campagnes de vaccination de tous les enfants du monde contre les maladies infantiles mortelles sont une initiative permanente de la Fondation Rockefeller (RF) depuis 1985. (The Rockefeller Foundation) Bill Gates a fait des dons de 4 millions d’euros sur cinq ans au journal Le Monde. (https://www.nexus.fr/actualite/news/fondation-gates-le-monde/) Ce journal appartenant à un autre multimilliardaire transhumaniste (Xavier Niel, propriétaire de FREE) avait-il réellement besoin des dons de Bill Gates et de l’Etat français via la « relance Macron », pour diffuser les dépêches AFP du gouvernement comme tous les autres grands médias français sans faire correctement son travail d’enquête sur les sujet abordés ? Il n’est pas étonnant que tous les articles de « fact-checking » et « debunk » dans ce journal soient en faveur de ceux qui paient et s’attaquent à toute information qui les critique avec une mauvaise foi extraordinaire. Il n’est donc pas étonnant que l’ensemble des médias français affirme que c’est une information erronée que Bill Gates est le principal contributeur de l’OMS, car ils savent très bien que la grande majorité des gens n’ira jamais vérifier que GAVI lui appartient.
  27. Est-ce que le PDG de Reuters est membre du conseil d’administration de Pfizer ? Est-ce que l’ancien commissaire de la FDA est membre du conseil d’administration de Pfizer ? Est-ce que l’ancien commissaire de la FDA est l’actuel DG de la société capital-risque derrière Moderna ?
    • James C. Smith le PDG de Reuters, chargé d’informer sur les vaccins, est membre du conseil d’administration de Pfizer. Scott Gottlieb l’ancien commissaire de la FDA, chargé de réglementer Pfizer, est membre du conseil d’administration de Pfizer. Stephen Hahn l’ancien commissaire de la FDA, chargé de réglementer Moderna, est l’actuel DG de la société capital-risque derrière Moderna
  28. Voici quelques experts en divers domaines de la médecine : Honjo (Nobel de médecine), Montagnier (Nobel de médecine), Kulldroff (professeur en épidémiologie), Levitt (Nobel de chimie), Loannidis (numéro un mondial des maladies infectieuses), Malone (inventeur des vaccins ARNm), Mccullogh (cardiologue, professeur en médecin), Henrion Caude (chercheuse en génétique, spécialiste de l’ARNm) et Zelenko (médecin, inventeur du protocole Zelenko). Pensez-vous que ces personnes sont mal informées sur la médecine et les vaccins ARNm ? Sont-elles pour ou contre la vaccination covid-19 ?
    • Tous ces chercheurs et médecins renommés internationalement sont défavorables à la vaccination covid-19.
  29. Avez-vous déjà lu un livre ou des publications sur les vaccins et la vaccination ? Pensez-vous que se renseigner sur des sources diverses, basées sur des publications et explications de professionnels de la recherche est la preuve d’un problème mental ? Pensez-vous qu’une information à la télévision ou dans un grand média (comme Le Monde) est impartiale et plus fiable que celle provenant de publications scientifiques ? Faites-vous davantage confiance en un médecin qui a un intérêt dans la vente des vaccins qu’à un chercheur qui n’a pas de conflit d’intérêt avec un laboratoire et s’exprime gratuitement ? Vérifiez-vous les conflits d’intérêt des médecins qui vous informent ? Faites-vous plus confiance en des chercheurs en médecine ou en un article de debunk de leurs propos dans un grand média dont le propriétaire a des intérêts financiers et idéologiques dans les vaccins et le transhumanisme ?
    • Personnellement oui j’ai beaucoup lu sur la vaccination et analysé les données fournies. J’ai pu constater la sombre manipulation dont les résultats frauduleux sont incohérents avec les connaissances théoriques et servent les intérêts financiers des gros laboratoires pharmaceutiques et les pratiques menant vers le transhumanisme. J’ai écrit plusieurs articles à partir de diverses sources sur ce sujet. Pour certains ça fait de moi un « complotiste » ou « anti-vaccin », mais l’ensemble des données à ma disposition m’a conduit à en comprendre les mécanismes et les aspects négatifs très dangereux pour la santé et la continuation de toute la vie sur Terre. Ceux qui ne prennent pas la peine de chercher font confiance en des personnes qui ont maintes fois montré qu’elles mentent et ne leur veulent pas du bien. Je préfère évidemment me baser sur les propos et les recherches des professionnels de la recherche en biologie qui n’ont aucun conflit d’intérêt avec les vendeurs de vaccins et de médicaments.
  30. Connaissez-vous l’opération Paperclip ? En quoi consistait-elle ? Et l’opération Mockingbird ?
    • L’opération Paperclip fut menée à la fin de la Seconde Guerre mondiale par l’état-major de l’armée des États-Unis afin d’exfiltrer et de recruter près de 1 500 scientifiques allemands issus du complexe militaro-industriel de l’Allemagne nazie. (Opération «Paperclip»: le pacte de l’Amérique avec le diable.) L’opération Mockingbird était une campagne secrète menée par la Central Intelligence Agency (CIA) des États-Unis pour influencer les médias. Commencé dans les années 1950, il a été initialement organisé par Cord Meyer et Allen W. Dulles, et a ensuite été dirigé par Frank Wisner après que Dulles est devenu le chef de la CIA. L’organisation a recruté des journalistes américains de premier plan dans un réseau pour aider à présenter les points de vue de la CIA, et a financé des organisations étudiantes et culturelles, ainsi que des magazines comme couvertures. Au fur et à mesure de son développement, il a également travaillé pour influencer les médias étrangers et les campagnes politiques, en plus des activités d’autres unités opérationnelles de la CIA. En plus des exposés antérieurs sur les activités de la CIA dans les affaires étrangères, en 1966, le magazine Ramparts a publié un article révélant que la National Student Association était financée par la CIA. Le Congrès des États-Unis a enquêté sur les allégations et publié un rapport en 1976. D’autres récits ont également été publiés. L’opération médiatique s’appelait pour la première fois Mockingbird dans le livre de Deborah Davis de 1979, Katharine the Great: Katharine Graham and her Washington Post Empire. (Source fairObserver.) Bien que cette opération ait été rendue public à la fin des années 1970, aucun document ni déclaration de responsables de la CIA n’indiquent que cette opération de désinformation a été stoppée.
  31. Comment appelle-t-on un groupe de personnes qui contrôle un pays, qui prend des décisions liberticides sans aucun contrôle ni consultation de la population, qui viole les lois internationales et les droits de l’homme, qui contrôle les médias qui diffusent une pensée unique, qui refuse la liberté d’expression et permet la censure de ses opposants, qui utilise la menace et la force pour appliquer ses décisions comme obliger la population à accepter un traitement expérimental en violant le code de Nuremberg, qui menace de placer dans des camps d’isolement les réfractaires sans même passer par une action en justice ?
    • Il s’agit d’un régime autoritaire ou totalitaire. « Une dictature est un régime politique dans lequel une personne ou un groupe de personnes exercent tous les pouvoirs de façon absolue, sans qu’aucune loi ou institution ne les limitent ; il faut préciser que même un régime autoritaire peut avoir des lois, des institutions, voire un parlement avec des députés élus, mais pas librement et ne représentant donc pas des contre-pouvoirs. » (Source Wiki)
  32. Pensez-vous être suffisamment informé et de façon honnête et objective ? Si les gouvernements étaient dirigés par des puissances financières et transhumanistes, qu’on mettait en place un gouvernement mondial de contrôle total de la population, le remarqueriez-vous ? Feriez-vous quelque chose pour vous y opposer ou préféreriez-vous tourner la tête, faire comme si c’était inimaginable et blâmer ceux qui tentent de défendre vos libertés et de vous mettre en garde ou alors essayeriez-vous de soutenir leur résistance ?
    • À vous de voir…
  33. Avez-vous participé à l’application des mesures illégales (port du masque obligatoire pour vos employés ou collègues, demande de pass sanitaire, promotion et incitation ou menaces pour forcer l’injection expérimentale etc.) ? Savez-vous que vous vous êtes ainsi rendu complice de cette dérive illégale et responsable des conséquences légales de vos actes ?
    • Un conseil : réfléchissez bien. Au procès de Nuremberg, l’excuse « je n’ai fait qu’obéir aux ordres et je pensais que c’était bien » n’a pas été suffisante pour éviter une condamnation. On ne vous pardonnera pas. Je rappelle par exemple que le port du masque est interdit dans l’espace public par la loi n° 2010-1192 du 11 octobre 2010, article 1 : « Nul ne peut, dans l’espace public, porter une tenue destinée à dissimuler son visage. » (Une loi est toujours supérieure à un décret. Source hiérarchie des lois). Il est interdit d’exiger un pass sanitaire en vertu du secret médical et des lois sur la discrimination (incluant les critères de santé). Comme je l’ai expliqué plus haut, la contrainte à un individu pour le soumettre contre sa volonté à une expérimentation médicale viole le code international de Nuremberg ainsi que la Loi Kouchner de 2002 « Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment », la déclaration d’Helsinki signé par 45 pays dont la France, Article 25 : « la participation de personnes capables de donner un consentement éclairé à une recherche médicale doit être un acte volontaire. Aucune personne capable de donner son consentement éclairé ne peut être impliquée dans une recherche sans avoir donné son consentement libre et éclairé », le Code civil français Article 16-1 : « chacun a le droit au respect de son corps. Le corps est inviolable » etc.. (Voir les lois internationales et nationales dans l’article Contre l’obligation de traitement.)

Autres références

Mes articles sur le sujet : Médecine : généralités ; Vaccins : la catastrophe immunitaire ; Les mensonges de la vaccination (Dr Lawrence Palevsky) ; DOSSIER : médecine et guérison ; Contre l’obligation de traitement

Suppléments

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un Site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :