Observer et créer la réalité

Qu’est-ce que la réalité et quel le rôle de la conscience ?

Matière et énergie

Dans notre réalité matérielle, tout est constitué de particules de deux types : les fermions (matière) et les bosons (interaction). Ces particules qui forment la matière (ou l’énergie) de l’Univers sont les entités vibratoires perceptibles dans notre espace-temps. Il s’agit de vibrations (ou vortex) d’une substance qu’on appelle habituellement « éther ».

On sait désormais qu’elles sont une projection d’information non-locale : l’information n’est pas à un endroit précis dans l’espace ni dans le temps.

Information

Une information est un ensemble de données qui peuvent être de différents types. Les données fondamentales de l’univers sont des valeurs, c’est à dire qu’on peut les écrire sous la forme de nombres. Elles décrivent l’ensemble des propriétés de toutes les entités (matière et rayonnement) qui forment l’Univers matériel : position, vitesse, énergie, charge électrique etc. Cette information contient aussi les liens entre ses données. On peut l’imaginer sous la forme d’une toile d’araignée où chaque nœud correspond à un nombre.

Selon les théories actuelles de la physique, l’information sur les entités qui composent l’Univers matériel est nécessairement stockée en dehors de cet univers, hors de l’espace-temps. Les données sont ainsi partout et toujours, en chaque point du vide et de la matière.

Etymologiquement le mot information signifie « ce qui donne une forme à l’esprit » (Émile Littré). Vous verrez à quel point c’est proche de la conception actuelle en physique.

Virtualité

Prenons l’exemple d’un électron. Au cours d’un phénomène il va se comporter selon les conditions offertes. Il ne peut agir complètement librement car il existe généralement des contraintes.

Dans l’expérience des fentes de Young les contraintes sont imposées par une plaque avec 2 fentes. Il ne peut donc passer que par ces fentes s’il veut atteindre l’écran où on observera la position de son impact. (Voir l’article –La physique quantique-)

Comme on l’envoie avec un canon à électron dont on ne modifie pas les réglages, on lui impose aussi une certaine direction et une énergie. Dans cette expérience on se retrouve avec 2 possibilités pour un électron : soit il passe par la fente de gauche, soit par celle de droite. Or il a été montré que tant qu’on n’essaie pas de savoir par laquelle il passe, ces 2 possibilités coexistent et interagissent entre elles. On dit alors que l’électron est formé de ces 2 virtualités. Il a 2 positions en même temps. Si l’expérience est menée sans autre contrainte, alors chacune de ces virtualité a autant de chance d’exister que l’autre. Elles ont chacune une probabilité de 50%.

(En réalité l’électron est composé d’une infinité de virtualités, mais seules celles passant par les fentes ne s’annulent pas entre elles par interférences.)

En physique quantique, une virtualité correspond à ce qu’on appellerait une possibilité actuelle dont la probabilité est inférieure à 1. (Je précise qu’on ne parle pas d’une possibilité passée ou une éventualité future, mais uniquement d’une possibilité actuelle pendant le durée d’un phénomène.)

Nous avons dit que tout est information. Une virtualité est un ensemble d’informations sur une entité dont il existe plusieurs possibilités actuelles.

état quantique

De façon générale une particule est formée de plusieurs virtualités, on dit qu’elle est dans une superposition d’états. Un électron a la plupart du temps plusieurs positions à la fois, plusieurs vitesses, plusieurs énergies etc..

On appelle état quantique l’ensemble des informations des virtualités qui forment une entité.

Réalité

Dès qu’on va détecter l’électron à une certaine position en effectuant une mesure, il va se réduire à une unique possibilité dont la probabilité est de 1. On parle alors d’un électron réel.

Vous remarquez que selon cette définition, l’électron n’est réel qu’au moment où on effectue une mesure sur lui, qu’on le force à interagir avec son environnement pour lui donner certaines propriétés. Le reste du temps l’électron est un état flou sous forme de plusieurs virtualités, des états virtuels superposés.

Observation

Une entité devient réelle lorsqu’au cours d’un phénomène on effectue une observation, c’est à dire une mesure suivie de la prise de conscience du résultat de la mesure. L’observation consiste donc à extraire une certaine quantité d’information en lui donnant une signification, de la connaissance.

Le temps

En physique on sait que le temps n’existe pas de façon absolue et unique pour tous les observateurs. Il est impossible par exemple de définir le maintenant de tout l’Univers. Mon présent est le futur pour quelqu’un et le passé de quelqu’un d’autre. De plus, la durée entre 2 de mes présents sera différente si elle est mesurée par d’autres observateurs.

L’information existe sous une forme identique sur le passé, le présent et le futur d’une entité. Ce qui change c’est la probabilité associée aux résultats des mesures.

La conscience a la capacité de lire cette information à différentes époques, on peut donc normalement accéder aux données du passé mais aussi aux possibles du futur, plus ou moins flous selon leur probabilité. C’est ce qui s’appelle la précognition.

Le passé d’un observateur serait ainsi l’information à laquelle il a déjà associé une probabilité de 1. Son futur est constitué de l’ensemble des virtualités de son univers actuel dont la probabilité est inférieure à 1.

Le présent

Ce qu’on appelle le présent d’un observateur est ce qui se trouve entre son passé et son avenir : il s’agit du moment où les entités obtiennent des propriétés réelles et où la conscience récupère une certaine quantité d’information sur le phénomène.

(Selon Philippe Guillemant dans La physique de la conscience (2015), le présent a la particularité d’être le seul point du temps où peut avoir lieu l’apprentissage de l’âme, sous la forme d’une mise à jour du futur en raison de son succès dans sa connexion avec le cerveau. )

Seuls des ensembles de présents existent pour chaque conscience qui observe l’Univers en le créant. Le futur est l’ensemble des possibles. Le passé est le contenu des enregistrements.

Le présent est l’instant où un observateur change de l’information en connaissance.

La conscience

La conscience n’est pas un simple appareil d’observation passif. Elle peut agir sur les potentialités en modifiant leur probabilité, grâce à sa volonté selon les choix de son libre arbitre, et à n’importe quelle époque : dans le présent comme la télékinésie, dans le passé comme dans l’expérience de rétropsychokinèse de Peoc’h, et le futur en imaginant des possibles. A condition est qu’aucune autre conscience ne l’ait déjà figée pour lui en l’observant.

La conscience est aussi un certain type de vibration. Mais elle est nécessairement de nature différente de l’information du monde matériel qu’elle peut lire.

Remarques

  • L’information présente partout est appelée champ unitaire ou champ scalaire (Nassim Haramein), champs morphiques (Ruppert Sheldrake) ou encore champs akashiques (Ervin Laszlo).
  • L’information acquise par les consciences est souvent désignée par archives (ou annales) akashiques.
  • Contrairement à la vision ancienne de la physique basée sur les entités matérielles, ou le désordre ou entropie augmente inéluctablement, dans la nouvelle vision l’information augmente toujours et ne peut pas diminuer.
  • Lors d’une mesure la conscience acquiert des connaissances sur un certain type d’information. En même temps cela rend impossible d’en connaître certaines autres. Par exemple la mesure précise de la position d’une particule rend l’information sur sa vitesse moins précise. Cette méconnaissance de l’information sur l’état est traduite par les relations d’indétermination d’Heisenberg. Cela se traduit en disant que l’échange d’information disponible sur une entité est limité car l’information actuelle pour décrire l’Univers n’est pas elle-même infinie. Dans le cas contraire il faudrait aussi une quantité d’information infinie pour calculer l’état suivant, et il faudrait une quantité encore plus grande pour décrire ce nouvel état.

Résumé

Les particules sont des vibrations ou vortex d’éther. Elles sont décrites par de l’information qui est partout et toujours. Cette information existe sous forme de valeurs (des nombres) hors de l’espace-temps.

Un état quantique désigne toute l’information décrivant une entité physique. C’est un ensemble de possibilités actuelles (virtualités). Lorsqu’un observateur effectue une mesure il modifie la probabilité des virtualités, en rendant certaines réelles.

Le présent d’un observateur est l’instant où l’âme enregistre une nouvelle information. Sa réalité est faite d’une succession de présents.

La conscience est capable de récupérer de l’information sous la forme de connaissance, mais aussi de la modifier avant de la figer dans sa mémoire.

Pour en savoir plus

Cet article fait partie du dossier : DOSSIER : le vide, l’énergie et l’information

Autres articles sur des thèmes abordés ici :

L’observateur quantique

Le temps quantique

La Toile de l’Araignée des Possibles

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :