Effet Mandela, univers parallèles et bug de la matrice

Le lapin dans l’oreille de la statue de Nelson Mandela

Définition

L’effet Mandela correspond à une sensation d’altération de la réalité. Cela veut dire qu’une personne va avoir l’impression que quelque chose de réel n’était pas là quelque temps auparavant.

Exemples

De quelle couleur étaient les yeux d’Adolf Hitler? Personnellement j’ai toujours eu le souvenir qu’ils étaient marrons. Quand j’étais gamin on se moquait même du fait qu’un petit brun aux yeux marrons voulait se débarrasser de tous ceux qui n’étaient pas blonds aux yeux bleus. Sauf que j’ai découvert récemment qu’il avait les yeux bleus. S’agit-il d’un effet Mandela?

Dans le film « E.T. l’extraterrestre » tout le monde a l’air de se souvenir de sa fameuse phrase « ET téléphone maison ». Sauf qu’il a dit « ET maison téléphone ». (L’inversion existe à la fois en VO et en français.)

L’effet Mandela est pour certains une simple hallucination liée à des faux souvenirs. C’est évidemment difficile à prouver, je n’ai pas pu trouver d’exemples très convaincants. Selon d’autres il s’agit de la preuve que nous vivons dans une simulation (matrix) et que la réalité est régulièrement corrigée. Ou alors qu’il existe différents univers parallèles et qu’à certains moments nous sommes passés de l’un à l’autre.

Les expériences de LHC au CERN à partir de 2008 en seraient possiblement à l’origine, allez savoir !

Univers parallèles

Personnellement j’ai du mal à accepter l’idée d’univers parallèles dont je ne trouve aucune justification raisonnable. Au départ il s’agissait de résoudre un problème d’aléatoire dans les événements physiques. Dans l’expérience quantique de Young on envoie des particules à travers deux fentes. Les physiciens ont constaté que la particule passait par les deux en même temps. Mais si on cherche à mesurer où elle passe effectivement on ne l’observe quand dans une des deux fentes. Il est absolument impossible de prédire par laquelle elle va passer, elle en choisit une au hasard.

Cette idée ne plaisait pas, notamment à Einstein qui aurait dit à ce propos « Dieu ne joue pas aux dés ». De nombreux physiciens ont essayé de modifier la théorie pour retrouver le déterminisme, mais ils n’y sont jamais arrivés. Il existe différentes théories à variables cachées mais aucune ne semble correcte. C’est alors que quelqu’un (Everett, je crois) a eu l’idée de dire qu’au moment de l’observation l’univers se divisait en deux : la particule passait par celle de gauche dans un univers et à droite dans un autre. Il n’y avait plus besoin de faire intervenir de probabilité : tous les événements possibles arrivent réellement, simplement on ne peut en voir qu’un seul.

Pour moi cette théorie pose de sérieux problèmes. D’abord on se demande par quel moyen la simple observation d’une position d’une particule arrive à créer un univers entier. Ce n’est vraiment pas très économique comme processus, surtout pour des physiciens attachés à la conservation de l’énergie. (Cela dit, certains savent facilement mettre de côté ce genre de paradoxe quand ça les arrange). En plus on ne parle ici que de deux fentes. Feynman, lorsqu’il était étudiant, demanda à son professeur « que se passe-t-il lorsqu’il y a trois fentes ? » et on lui a répondu qu’elle passait par les trois en même temps. Il a ensuite demandé ce qui se passait quand il y avait quatre et cinq fentes, etc… avec toujours la même réponse : elle passe par toutes les fentes en même temps. Il s’est alors demandé ce qui se produit lorsqu’il y a tellement de fentes que l’écran n’est même plus là. La réponse est que la particule passerait par toutes les trajectoires en même temps. C’est comme ça qu’il a élaboré une théorie où la trajectoire correspond à la somme de toutes celles qui sont possibles (dont certaines vont même du futur vers le passé).De nombreux événements physiques peuvent mener à une infinité de résultats. Est-ce qu’une mesure de ces phénomènes produit d’un coup un nombre infini d’univers ?La première fois que j’avais réfléchi à ça j’avais vu un autre problème avec les univers parallèles. Quand on fait une première mesure, on obtient un univers où la particule est passée à gauche et un autre où elle est passée à droite. On refait une mesure et on obtient 4 univers. Dans 2 univers une des particules est passée à gauche et l’autre à droite. Dans 2 autres univers les particules sont passées par la même fente. On peut ainsi refaire l’expérience un nombre de fois aussi grand qu’on le souhaite, il existera toujours au moins un univers dans lequel les particules sont toutes passées à gauche et un autre univers dans lequel elles sont toutes passées à droite.

Dans ces univers, les physiciens aboutiront ainsi à une théorie physique disant que lorsqu’il y a deux fentes les particules passent toujours à gauche (ou toujours à droite). Mais on sait qu’ils ont tort, n’est-ce pas ? S’ils font des milliards de milliards de fois la même expérience, les physiciens risquent forcément de tomber un jour sur une particule qui choisit la mauvaise fente et leur théorie est foutue.

Mais alors comment avec une telle idée pourrait-on être certain que nos théories sont valables ? Par exemple on a mesuré un certain nombre de fois la vitesse de la lumière et on a toujours trouvé la même valeur. (En tout cas c’est ce que pensent beaucoup de physiciens, même si c’est faux…) Qui peut en conclure avec certitude que ce n’est pas parce qu’on vit dans un univers particulier où cette mesure a donné la même valeur par hasard, et que demain on va tomber sur une valeur qui est complètement différente ? On avait inventé une théorie pour se débarrasser du hasard et retrouver un certain déterminisme. On obtient une théorie où un nombre infini d’univers sont créés à chaque instant par chaque interaction entre particules, et où plus personne ne peut être sûr d’aucune loi ou propriété physique.

La réalité est une perception

Le passé, le présent et le futur n’existent pas pour l’esprit.

Il existe l’information pure, elle contient tout ce qui est et tout ce qui est possible.

L’esprit s’incarne dans la matière où se forment ses consciences. Elles acquièrent la connaissance de l’information soit sous la forme de traces du passé soit sous la forme d’idées du futur. Celles-ci tissent une toile des possibles, enchevêtrés par une causalité imaginée par elles-mêmes et qui est toujours en train de s’organiser.

Références

Altération de la réalité : c’est quoi l’effet Mandela ?

Iam Mazikeen – L’effet mandela

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :